Le réseau de publicité mobile géolocalisé xAD lève 9 M$

San Francisco-based local mobile advertising network xAd has raised an additional $9 million in funding led by Emergence Capital Partners, with participation from existing investors SoftBank Capital and Palisades Ventures as well as funding from Silicon Valley Bank. xAd already raised $4 million in funding in Octobre 2010. 

“The additional capital will be used to enhance xAd’s existing tools for both publishers and advertisers, as well as further build its patent-pending, ad-serving mobile technology that effectively factors in user-, contextual- and location-based relevance for optimal mobile performance,“ wrote the company in a press release. 

Last month xAd said that mobile-local search ads across its network average a click-through rate (CTR) between five and eight percent, while post-click activities are high: 62 percent of users call local businesses, while 35 percent access maps and driving directions. 

The company disclosed last April that its network reached 250 million impressions with 80 percent fill rate and eCPMs “in the $30 neighborhoods.“

Facebook lancerait son offre de publicité mobile en mars 2012

Sous la forme de statuts sponsorisés ?
la suite ici


Une étude US montre que les liens sponsorisés génèrent $6 de ventes offline pour chaque $1 de ventes online

Paid Search Drives $6 In Local Sales For Every $1 In Online Sales — Study

Annual US retail spending is roughly $4 trillion according to the US Commerce Department. And while e-commerce is growing very rapidly, it remains less than 5 percent of total retail sales. Historically, most search marketers have focused almost exclusively on e-commerce sales. But a new study finds that the real impact of paid search is offline.

Six-to-One Impact in Offline Stores

Based on two years of research conducted by retail marketing firm RevTrax, the study discovered that “for every $1 of e-commerce revenue generated from paid search, marketers can expect to see approximately another $6 of in-store revenue.”
In other words, paid search has 6:1 impact on offline sales over e-commerce. Because of the challenges of tracking consumer behavior online to offline, most of this has been invisible to marketers. Only now with the rise of smartphones and other methodologies is online-to-offline tracking becoming more widely available.
Between August 2009 and August 2011 RevTrax monitored millions of paid-search ads and consequent sales for its retail clients. To track in-store sales accurately RevTrax used landing pages with coupons and unique IDs:
  • A paid search ad was displayed to a consumer
  • The paid search ad led the consumer to a printable or mobile landing page displaying a coupon with a unique barcode
  • The consumer redeemed the coupon inside a brick & mortar store
  • Each coupon was tracked back to the online search (and the keyword)

Average Paid Click Worth $15 in Store

Using this methodology, RevTrax could conclusively determine in-store sales affected by paid search ads. Here’s how RevTrax’s findings illuminated the “value of a click” (where the average transaction size was under $200):
  • The average click on a paid search ad generated approximately $15 of in-store revenue, with some merchants seeing as much as $28 of in-store revenue.
  • Approximately 9% of clicks on a paid search ad generated an in-store sale, with some merchants seeing up to 26% of clicks on a paid search ad generating an in-store sale.
Again, what the company found was that paid search drove $6 in offline sales for every $1 in sales online. RevTrax thus argues that multichannel merchants who do not include in-store sales into the ROI calculation are potentially “undervaluing the paid search channel by as much as 85 percent.”
This is the first study to conclusively show the offline impact of paid search at this kind of scale, based on actual behavior rather than consumer surveys and self-reported data. The findings are pretty radical, with broad implications for search marketers and the industry as a whole.
Postscript: Here’s a bit more color and explanation from Seth Sarelson, COO of RevTrax, in response to a couple of questions I received about the study:
Clients are measuring these paid search campaigns at the keyword level and looking at brand keywords, competitive keywords, categories/products, etc. and the study uses a mix all these different types of executions to come to these results. I’m not sure that it’s clear to the person commenting that we’re talking about paid search only, not organic, so there’s certainly no guarantee that a brand is at the top of the paid search results for any keywords in a particular category.
One of the things that the study also mentioned is that many clients are reporting that 40-50% of customers acquired via paid search were new. This is big as it shows that this isn’t just an example of existing customers searching on branded terms looking for a deal.
It would certainly make sense for us to do a follow up that compares brand vs non-brand to address this specifically, as it’s an important point of distinction. I’m going to push for this internally.
As for PC vs Mobile, we’re working on a later study that will address these results, but most of what we’re looking at here is printable coupons from a PC.


AdMoove interviendra à la conférence "SoLoMo" organisé par la French Mobile

AdMoove interviendra à la conférence "SoLoMo" organisé par la French Mobile le lundi 5 décembre sur le campus Microsoft. A ce soir ! 

Programme des intervenants : 

- 1 Les nouvelles Aventures de Dismoioù avec Maximiles 

- 2 Services de proximité avec la Web Apps avec les-horaires.fr 
- 3 Connecter vos voyages avec vos amis by Wipolo
- 4 Consommateurs, faites entendre votre voix avec Critizr 
- 5 Lancement d'un jeu social mobile avec Mobinlife
- 6 Loyalty + proximity= currency [Ignite]
- 7 Elokence
- 8 La Publicité Local devient Mobile avec Admoove
- 9 Un jeu geo-social sur mobile avec beebble


Les applications Stop Pervenche rejoignent le réseau AdMoove

Bien connue des automobilistes qui cherchent à éviter des amendes de stationnement, l'application iPhone Stop Pervenche est maintenant disponible en version V1.2. La 1ère version de l'application avait été téléchargée plus de 300 000 fois. L'application est également disponible sur l'Android Market.

Les 2 versions de l'appli (iPhone et Android) embarquent la solution AdMoove de publicité géociblée. Pour les utilisateurs de l'appli, c'est l'occasion de profiter de bons plans et de découvrir de nouveaux commerces près de là où ils se trouvent.


45% des mobinautes utilisent des services géolocalisés

Selon une étude récente menée par la régie publicitaire de SFR sur la tranche des 16-65 ans,
45% des mobinautes seraient des utilisateurs de services fonctionnant avec la géolocalisation.
- 13% des mobinautes acceptent systématiquement la géolocalisation sur les applications
- 33% active la géolocalisation seulement si l’application est de confiance
- 20% s’en servent uniquement si celle-ci est indispensable pour le fonctionnement de l’application
- 34% ne l’acceptent pas

Au niveau des intérêts pour les services de géolocalisation, on retrouve :
- 50% pour les bons plans géolocalisés
- 44% pour connaitre les opérations spéciales des commerçants
- 43% pour être au courant des informations de son quartier
- 30% pour de la recherche de contacts dans le lieu où l’on se trouve


Nouvelle offre AdMoove : référencement géolocalisé prioritaire sur Orange Maps

AdMoove, 1er réseau de publicité mobile géolocalisée, commercialise un nouveau dispositif géolocalisé au sein de l’application Orange Map (cf. présentation en pièce jointe).

Ce dispositif de « référencement géolocalisée prioritaire » est destiné aux enseignes disposant d’un réseau de points de vente ( > 100 PdV).

Ce dispositif est limité à 3 enseignes qui bénéficieront de l’exclusivité dans les secteurs suivants :
  • ü  Restauration : chaîne ou franchise de restaurant (sushi, hamburger, pizzeria, cafétéria, grill, etc…)national
  • ü  Distribution et services aux automobilistes : concessionnaires,  station-service, garages, pièces détachées, stations de lavage, etc…
  • ü  Distribution : supermarché, hypermarché, drive, bricolage, ameublement & hi-fi, habillement, etc…


54% des développeurs d'application utilisent la géolocalisation dans leurs projets

Fifty-four percent of developers working on apps for mobile devices are including location based and mapping services into those apps, according to a survey of over 400 mobile developers recently released by market research firm Evans Data.



le mobile deviendrait le premier media digital sur le marché de la communication locale en 2016

A new report from Borrell Associates predicts that online could become the primary destination for local advertising dollars by 2013, while mobile advertising will steadily increase its share of local ad dollars, reaching 88% by 2016.

La suite ici

le mobile modifie profondemment les comportements d'achat

When it comes to finding information to compare brands and products while in the store, 67% of men and 54% of women said they would reach for their mobile phone before asking a salesperson for help. Sixty-six percent of men and 59% of women would check reviews, and 53% and 38%, respectively, would check prices at other locations, according to a survey analyzing mobile phone behavioral patterns in stores of consumers in retail stores.

la suite ici


Les annonceurs prêts à payer 4x plus pour des campagnes géolocalisés

Location, location, location: It’s not just for real estate. Mobile advertisers are increasingly prizing location-based ads,according to real-time bidding exchange Nexage, which said mobile publishers and developers are getting 3.8 times more for eCPMs, or ad impressions, that include location data in the last three months.
Demand for location-based ads are also going up, jumping by 170 percent over the same period. More and more, advertisers are pursuing mobile ads that include location data because they can find users where they are, target specific areas and can drive consumers to take actions locally.
Some companies are seeing an even bigger pop from location-enabled ad impressions. Social gamification platform Beintoo said its partner apps like Fruit Ninja have seen an 11x premium in location-enabled impressions over ad impressions without location data, said Nexage. Beintoo has doubled the number of ads it has requested on the Nexage Revenue Platform over the last three months.
I talked with Nexage CEO Ernie Cormier and he said the rising value of location-based advertising is driven by growth in local deal providers, who want to push out very targeted coupons, as well as brand advertisers looking to hit specific regions or metro areas. And there are advertisers who want to confine their message to specific latitude and longitude locations or zip codes to hit only local consumers.
He said the big constraint is on the supply side, where mobile developers and publishers need to enable ad inventory that leverages location information. Some publishers just need to work through their customer privacy policies to reflect the fact that they will tap a user’s location for advertising. Other developers are constrained by platforms like iOS, which prohibits apps from leveraging a user’s location unless they are providing a service based on location. Nexage is working with developers and publishers to show them how they can get more value out of their inventory, especially ads that can include location data.
“Any kind of location data we can get — lat-long, zip code or region — we’re getting demand for it. All the inventory we can get, we’re selling,” Cormier said.
Nexage’s real-time bidding is well suited for advertisers looking to buy location-enabled impressions. Because it’s a real-time auction, they can choose when they want to target their ads, which go out immediately, and they can combine it with location to make them more effective. Increasingly, advertisers are getting savvy about using a combination of time and location to better target consumers and understand what they might be open to depending on where they are and the time of day.
Cormier said the demand for more location-based ad inventory is only going to go up in the coming years. And publishers are learning that the power of location-based ads is real and valuable to their bottom line.
“We don’t see any end in sight for demand. As people see the value especially for offer-based advertising and publishers manage their privacy issues, we think it will continue to grow. If publishers do the things we talk about today, it’s not really theory anymore. It’s fact; you will see an uplift in revenue,” Cormier said.




CR Conférence SMC : les nouveaux horizons du check-in

Le CR de la conférence du Social Media Club du 27 octobre dernier ou J. Chamussy est intervenu pour partager l'expérience d'AdMoove sur la problématique du check-in dans le cadre d'une campagne publicitaire géolocalisée.


Mieux que la carte de fidélité, le marketing géolocalisé

Mieux que la carte de fidélité, le marketing géolocalisé :

Avec le développement massif de l'usage des smartphones, les services mêlant réseaux sociaux et offres commerciales localisées à proximité des endroits où l'on se trouve devraient se multiplier.
«Les cartes de fidélité plastiques disparaîtront dans un futur proche, nous le savons très bien», explique Marc Bidou, PDG de Maximiles, société spécialisée dans la fidélisation sur Internet. Cela ne le soucie pas, bien au contraire. Il vient ainsi de racheter le site DisMoiOu, leader en France de la recherche locale communautaire sur terminaux mobiles (iPhone et Androïd en attendant Bada). Et il compte bien appuyer son développement futur sur les nouveaux outils de géolocalisation.
Concrètement ce genre de site permet de s'échanger entre membre du réseau ses bonnes adresses (restaurants, boutiques, loisirs, etc.) ou de trouver les commerces à proximité du lieu où l'on se trouve. Mieux, cela permet aux commerçants de proposer des opérations promotionnelles ciblées. Une alerte peut ainsi se déclencher lorsque l'on passe à côté d'un restaurant qui offre aujourd'hui le café avec son menu du jour ou un magasin de vêtements qui solde ses chemises. Jusqu'à présent, ce sont surtout les petits commerçants qui se sont emparé de ce nouvel outil pour recruter des clients mais les grandes marques et enseignes s'y intéressent de plus en plus.
Jusqu'à présent, DisMoiOu n'a cherché qu'à étendre ses utilisateurs (1million d'applications téléchargées, 1,2 million d'avis recensés) et est resté gratuit pour les annonceurs. Mais les choses devraient progressivement changer. « Nous ne visons pas un nouveau marché, il existe déjà c'est celui de la publicité locale et il pèse dix milliards d'euros par an rien qu'en France », se réjouit Marc Bidou.
Avec les 18 millions d'utilisateurs d'Internet mobile qui passent un temps grandissant sur les multiples applications disponibles, le terrain est particulièrement propice. Les perspectives sont multiples : cartes de fidélités mobiles, promotions géolocalisées, offres de bienvenue… En fournissant des données plus précises sur nos modes de consommation et de déplacement, des algorithmes prédictifs doivent même permettre de mieux cerner nos goûts et ainsi de proposer des marques, enseignes, produits qui nous correspondent.
Si certains consommateurs restent réticents face à cette approche, les professionnels du marketing, eux, sont aux anges. D'ailleurs, le SoLoMo (pour Social Local Mobile) est la nouvelle expression qui agite les spécialiste d'Internet. La preuve ? Le Web'11, la conférence internationale organisée par Loïc Le Meur à Paris, début décembre, avec les grands pontes de la Silicon Valley à retenu comme thème central ces réseaux sociaux mobiles.


Une nouvelle génération de deals sur vos téléphones mobiles

CrowdMob entre le jeu et le bon plan

Mobile startup CrowdMob quietly debuted earlier this year with a location-based game called Mob Empire that tried to take a very social approach to real-world gaming. But the game was just the start for the company, which is now taking the wraps off its real business: creating a next-generation deal network that combines Tapjoy with Groupon.

La suite ici



Les investissements en pub mobile aux US devraient dépasser $ 1 Milliard en 2011

Mobile advertising is still a small and young business when you compare it to how much money goes into digital—let alone offline—advertising and marketing campaigns. But there are some clear signs of it growing up fast: eMarketer says the U.S. is on track to have its first year of $1 billion-plus in mobile ad revenues.
EMarketer first floated its $1 billion prediction back in April, but now it is revising that number up to $1.23 billion.
What’s driving this fast growth? Increased confidence from advertisers in the medium, for one. But also the fact that these advertisers are getting better scale for their investment: by the end of this year, some 38 percent of all U.S. consumers will be using a smartphone, accessing the mobile internet at least one time each month, says eMarketer.
The $1.23 billion figure is nearly double the investment made by advertisers into mobile ads in the U.S. in 2010, which was $743 million. And eMarketer believes that by 2015, that number will go up by another $4 billion to reach nearly $4.4 billion.
In its calculations, eMarketer includes the three main areas of advertising on mobile today: display ads, search ads and messaging-based advertising, with ads viewed both on phones as well as tablets. But within that, some areas appear to be growing faster than others:
Search advertising has seen the most growth over last year, and eMarketer predicts it will nearly double in its revenue in 2011, to $349 million from $185 million in 2010. Video will also see 100 percent growth, although the starting point is very small indeed: it will make nearly $58 million in revenues, compared to $28 million a year ago. Video, in fact, will see the most growth in the next four years and by 2015 will be generating more revenue than banners/rich media generates today.
Display (which includes rich media and banner ads) is also showing strong growth, and is currently the second-largest format. Display will generate $376 million of revenue in 2011, it predicts, compared to $202 million in 2011.
And as you would expect, the oldest format, messaging, grew the least but it remains the biggest format for mobile ads today. Messaging will generate revenues of $443 million this year, compared to $327 million in 2010.
Suite de l'article : 


Compte-Rendu du séminaire du 15/09/2011 sur "Les enjeux de la mobilité pour le marché de la publicité locale"

Les enjeux de la mobilité pour le marché de la publicité locale

Compte-rendu du séminaire

du jeudi 15 septembre 2011 à Paris

Carton plein pour le séminaire organisé par AdMoove et Xmedia jeudi 15 septembre sur le thème : « Les enjeux de la mobilité pour le marché de la publicité locale ». Régies publicitaires, médias et directeurs marketing se sont déplacés en nombre pour partager l’expérience d’entreprises qui commercialisent des offres publicitaires digitales (web et/ou mobile) auprès d’annonceurs locaux.

L’événement était structuré autour de 3 temps forts :

1. Une présentation introductive sur « la part du digital dans le marché de la publicité locale »

2. Une table-ronde consacrée aux « stratégies gagnantes de commercialisation des supports digitaux auprès d’annonceurs locaux », avec les témoignages des dirigeants du site d’annonces leboncoin.fr, du service de renseignements 118 000 et du service Club Deal ;

3. Une table ronde consacrée au « téléphone mobile, nouvel allié des commerçants » avec la participation des start-ups AdMoove, Plyce et Dis Moi Où.

Nous retranscrivons ci-dessous les principaux enseignements de ce séminaire.

I – La publicité locale sur le web et le mobile : état des lieux et perspectives

1 – Une grande marge de progression pour les investissements publicitaires locaux sur le web

Eric Aderdor, DG d’Horyzon Média (groupe Pages Jaunes) et membre du Syndicat des Régies Internet, a présenté les chiffres les plus récents sur le marché de la publicité locale digitale. Les investissements en publicité locale pèsent 10 milliards d’euros en 2010, soit 1/3 des investissements médias et hors médias totaux en France. Ils se répartissent à 33% sur la partie « média » (radio, presse, etc…) et à 67% sur la partie « hors média » (prospectus, annuaires, etc…). Le web ne pèse actuellement que 2% du total des investissements média. La marge de progression est donc significative.

2 – Un fort potentiel pour les investissements publicitaires locaux sur le mobile

Toutes les entreprises présentes à la fois sur l’internet « fixe » et sur l’internet « mobile » confirment que le mobile est devenu un élément clé de leur stratégie de croissance. Le trafic mobile représente en effet une part significative de leur trafic total aujourd’hui :

- - 7 à 10% du trafic du site leboncoin.fr. Le site mobile, qui ne permet pour l’instant que la consultation des annonces, se situe déjà parmi les 20 premiers sites consultés depuis les mobiles en France. La société lancera prochainement 2 applications mobiles.

- - 5 à 7% du trafic de l’annuaire 118 000 qui dispose d’une application Android et d’une application iPhone, lancées il y a environ 1 an.

- - 20% du trafic du service ClubDeal.

Les intervenants s’accordent sur le fait que les fondamentaux de l’essor du marché de la publicité mobile contextualisée sont en place. Reste à former et accompagner les annonceurs locaux pour qu’ils appréhendent mieux les avantages de ce média.

3 – Succès grand public de la géolocalisation

Une des approches pour faire « essayer » la publicité mobile aux annonceurs locaux sera de mettre en avant les avantages des services et des applications géolocalisées, comme par exemple Google Maps, Pages Jaunes où Dis Moi…

Ces services en particulier, et la géolocalisation en général, séduisent de plus en plus les Français, comme en témoignent de nombreuses études (Etude IFOP 2010 pour l’Atelier Paribas, étude Ipsos MediaCT 2009 pour l’AFMM par exemple). Les utilisateurs en sont d’autant plus friands que la géolocalisation leur permet de bénéficier de promotions ou de bons plans.

II - Les conditions de l’essor de la publicité mobile geolocalisée

1 – Evangéliser les annonceurs locaux

Les intervenants ont insisté à de nombreuses reprises sur l’accompagnement nécessaire des annonceurs locaux dans le domaine de la publicité digitale, et à fortiori celui de la publicité mobile géolocalisée. Horyzon Media et le 118 000 ont tous deux souligné le rôle joué par le groupe Pages Jaunes en la matière.

Il s’agit également de convaincre ces annonceurs que la publicité digitale géolocalisée n’est pas réservée aux seules grandes enseignes. Le mobile est le média le plus adapté à la publicité locale de proximité. La géolocalisation est un outil puissant.

Pour Olivier Aizac, DG du site leboncoin.fr, il est aussi important d’expliquer aux annonceurs locaux, dotés d’une faible culture marketing digitale, les limitations des médias digitaux pour ne pas provoquer de déceptions. Ainsi, avec la géolocalisation, le trafic en points de vente est par définition limité à une zone spécifique. Si elle touche moins de monde, la publicité géolocalisée permet cependant d’obtenir des retours plus ciblés et qualitatifs.

2 – Répondre aux attentes « ROIstes » des annonceurs locaux

Tous les intervenants du séminaire confirment que la principale attente des annonceurs locaux est le ROI (« retour sur investissement »), c.a.d une hausse de leur chiffre d’affaires. Il est donc important de donner les moyens à ces annonceurs très pragmatiques de mesurer l’impact de leurs investissements. Il s’agit d’identifier la provenance du client pour savoir si un prospect a été apporté par tel ou tel canal.

Certains intervenants soulignent les difficultés qui existent parfois pour mesurer l’efficacité des campagnes digitales. Cette évaluation est possible mais parfois dans des conditions fastidieuses, voire coûteuses. Ainsi, le commerçant en point de vente doit interroger directement le client pour connaître l’origine de sa visite.

Certains formats publicitaires digitaux permettent de contourner partiellement cette difficulté: le click-to-map (pour afficher l’adresse d’un point de vente sur une carte), le click-to-call (pour générer des appels qualifiés), les formats type coupons de réduction… Guillaume Desombre, Directeur Commercial de 118000, explique vouloir renforcer la mise en place d’indicateurs mesurables comme les demandes de devis, de prises de rendez-vous par exemple.

3 – Proposer des offres simples

Les intervenants insistent enfin sur l’importance de proposer des offres simples, abordables et lisibles, en phase avec les contraintes des annonceurs locaux : budgets modestes, disponibilité limitée, faible culture marketing…

Voici des exemples de modèles économiques mis en place récemment :

- Plyce : site de bons plans géolocalisés accessibles via PC et smartphone. Le service aux commerçants est facturé 99€ par an pour la mise en avant d’un nombre illimité d’offres auprès des utilisateurs de Plyce. L’envoi d’alertes push géolocalisées aux utilisateurs situés autour de la boutique du commerçant est proposé en option.

- Dis Moi Où : service de recherche locale sociale. Le référencement Premium d’un commerçant est facturé 20€ par mois pour la mise en avant d’un nombre illimité d’offres auprès des utilisateurs du service. Le rayon de diffusion des offres est adapté à la nature du commerce (petit commerce versus grande surface) et à la localisation (Paris versus province). 40% des annonceurs de Dis Moi Où émanent du secteur de la restauration et de la mode.

Enfin, la création des éléments publicitaires (bannières, site mobile) ne doit pas constituer une barrière pour l’annonceur local. D’où la nécessité de lui proposer un package clé en main, intégrant la création de ces éléments. Jérome Leger, DG d’AdMoove, souligne l’intérêt des plateformes publicitaires intégrant des modules permettant de générer en quelques minutes des bannières et des sites mobiles simples.

Dans le même esprit, certains acteurs comme Dis Moi Où ont fait le choix de mettre à la disposition des annonceurs des outils leur permettant d’administrer et de gérer leurs campagnes de façon autonome.

4 – Enrichir l’inventaire publicitaire géolocalisé

L’inventaire mobile géolocalisé doit être étoffé pour pouvoir répondre aux attentes des annonceurs locaux. Il devrait croître rapidement, notamment via Pagesjaunes et AdMoove.

En plus du display (affichage de bannières au sein de sites et d’applications), le marché va se développer via la commercialisation d’offres « de push ». Gilles Barbier (Dis moi Où) estime ainsi que plus de 50% des personnes téléchargeant une application mobile acceptent de recevoir des alertes ou notifications en mode « push ». Mais la directrice de Plyce, Sandrine Dirani, recommande une utilisation modérée du push et le respect de règles strictes : recueillir clairement l’optin des destinataires ; sélectionner des offres pertinentes et attractives ; cibler intelligemment les envois (localisation, centres d’intérêt, horaires d’envoi…).

III – Perspectives et conclusion

Les bases de l’écosystème de la publicité locale digitale et géolocalisée sont désormais en place : les acteurs, des usages grand public, des offres puissantes et simples, un début d’inventaire et des formats riches… Reste à convaincre les annonceurs locaux de se lancer.

Des évolutions majeures devraient les y pousser. Plusieurs intervenants du séminaire déclarent attendre le paiement mobile avec impatience, qui placera l’acte d’achat à un clic. Les cartes de fidélité ou le couponing embarqués sur le mobile vont bouleverser la relation client. La montée en puissance des applications de géolocalisation mobile génèreront toujours plus de trafic qualifié en points de vente.

La mutation en profondeur du marché de la publicité locale est à l’œuvre : son avenir passera par le digital et la géolocalisation à n’en point douter. Reste à savoir quels seront les modèles économiques qui s’imposeront…

A propos d’AdMoove

Admoove est le leader français de la publicité mobile géolocalisée. Créée en 2010 par 2 experts du mobile, la société a développé des outils et un savoir-faire permettant d’optimiser la commercialisation des inventaires publicitaires des applications et des sites mobiles géolocalisés.

Contact : Julien Chamussy Email : julien.chamussy@admoove.com Tel : 01 56 03 55 97

Jérome Leger Email: jerome.leger@admoove.com Tel : 01 56 03 55 98

A propos de X-Media

X-Media est éditeur de progiciels pour la presse. Depuis 1992, les solutions X-Media offrent aux acteurs de la presse écrite et des médias des outils adaptés à la mise en page automatique pour les publicités, les petites annonces, les annuaires, les guides et les dictionnaires, la vente et la réservation d'espace, la production de publicités et la gestion éditoriale.

Présentation du séminaire du 15/09/2011 sur "Les enjeux de la mobilité pour le marché de la publicité locale"

Les slides du séminaire sur les enjeux de la mobilité pour le marché de la publicité locale sont maintenant disponibles sur Slideshare. Bonne lecture


Peugeot attire 600 prospects via une campagne mobile géolocalisée

NAVTEQ 'hyper-local' campaign achieves a 1.25 per cent click-through rate.

Peugeot used NAVTEQ’s LocationPoint location-aware mobile ad network to target mobile users as they neared one of 428 Peugeot dealerships across France.

The ads then invited consumers to test drive the new Peugeot RCZ at a special lease deal of 299 euros per month.

LocationPoint supports features such as click to map, click to route and click to call.

The technique helped the French car brand receive 640 calls from potential buyers across the country.

And of the 1.25 per cent that clicked through, 29 per cent requested directions to their nearest branch.


Séminaire AdMoove le 15/09 : "Mobilité et publicité locale".

AdMoove organise le jeudi 15 septembre, en partenariat avec X Media, un séminaire sur :
"Les Enjeux de la mobilité sur le marché de la Publicité Locale".


Foursquare va proposer les deals de LivingSocial, Gilt et AT&T

Foursquare annonce sur son blog officiel avoir signé des partenariats avec cinq sites d'achat groupé - LivingSocial, Gilt City, AT&T, BuyWithMe et Zozi - pour proposer leurs coupons aux utilisateurs de son service de géolocalisation mobile. Cet accord couvre pour l'instant les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l'Irlande, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. En échange d'une commission sur les ventes de coupons qu'il réalisera pour eux, Foursquare aidera ses nouveaux partenaires à mieux cibler leurs deals et à améliorer leur taux de transformation. Manquent encore à l'appel Groupon, Yelp et Google Offers, mais Foursquare serait actuellement en discussion avec le premier.

Valorisée 600 millions de dollars après avoir levé 50 millions fin juin, la start-up new-yorkaise n'a toutefois pas encore trouvé de source de revenus majeure. Si elle propose déjà ses propres deals sous le nom de "Foursquare Specials", elle a manifestement jugé plus opportun de s'appuyer sur des acteurs déjà en place, plutôt que d'adjoindre à ses 70 collaborateurs de conséquentes forces commerciales en propre.

En revanche, si LivingSocial et consorts ne disposent pour l'instant pas d'un important canal de distribution mobile, les principaux acteurs de l'achat groupé devraient néanmoins rapidement pouvoir se passer de Foursquare. Ainsi, LivingSocial attend beaucoup de son service mobile LivingSocial Instant, de même que Groupon de son application Groupon Now, qui devrait arriver en France cet été

Journal du Net / Publié le 13/07/2011

Pub Mobile USA 2011 : $ 1,2 milliard

1,2 milliard de dollars sera investi en 2011 dans la publicité sur mobile aux Etats-Unis, prédit la banque d'affaires JP Morgan dans un rapport.

L'Interactive Advertising Bureau (IAB) avait estimé entre 550 et 650 millions de dollars les investissements publicitaires sur le mobile en 2010. L'analyste Douglas Anmuth, auteur du rapport de JP Morgan, estime que le marché de la publicité mobile devrait se développer très rapidement, notamment en profitant de l'expérience déjà acquise sur le Web fixe.

Comparant le marché mobile actuel aux débuts du Web fixe grand public, il souligne que que le trafic Internet mobile progresse trois fois plus vite que celui de l'Internet fixe au début des années 2000. Le taux de pénétration des smartphones (environ 30 % aux Etats-Unis) devrait également progresser plus rapidement cette année que celui des ordinateurs il y a dix ans.

Journal du Net / Benoit Meli / Publié le 18/07/2011


PagesJaunes : lance un offre géolocalisée de bannière thématique départementale

Forte du succès de son application mobile avec plus de 5 millions de téléchargements dont 3,7 sur iPhone, PagesJaunes innove et lance la première offre de 'Display Search Local' sur mobile. Elle est destinée à répondre aux besoins des annonceurs désireux de profiter de l'émergence du mobile. Le 'Display Search Thématique' ou Bannière Thématique Départementale permet à un annonceur TPE/PME de cibler, sur le mobile, sa clientèle locale. Cet affichage géolocalisé et hyper contextuel optimise la visibilité de l'annonceur et ses chances d'être choisi par le consommateur.

Cette offre est inédite sur le marché de la publicité mobile, et s'adresse notamment aux annonceurs précurseurs, parmi les activités fortement demandées en mobilité : la santé, la restauration, l'hébergement, les services publics, l'immobilier, la beauté et la remise en forme, les loisirs et sorties, les urgentistes... L'offre de PagesJaunes présente également une bonne visibilité pour les marques auprès d'une cible en mobilité.

L'offre Display Search Local de PagesJaunes est commercialisée depuis le 20 juin. Elle a déjà séduit plus d'un millier d'annonceurs locaux. Les premières bannières arriveront à partir de début août sur l'application iPhone de PagesJaunes.

(Boursier.com) le 08/07/2011 à 20h40


Une chaîne de salles de gym au R-U booste sa fréquentation grâce à une campagne géolocalisée

Carrier O2 has disclosed that the gym chain Fitness First generated £385,000 in revenue from its recent 'You Are Here' campaign tie-up with O2 Media.

The campaign involved Fitness First targeting O2 customers with location-based messages, offering a free two-day pass and details of the nearest Fitness First.

"The evidence for using location-based marketing is really beginning to mount. These figures show that it is only effective at targeting the right consumers at the right time, but also extremely effective at driving new revenues streams and huge ROI."

Location-based marketing is a tool where someone uses their GPS-equipped smartphone to reveal their location and, in return, they are offered promotions from nearby businesses.

Some believe it could prove a significant marketing tool, although it is still in its embryonic stages.

The tool is geared toward the under-35 age demographic.

O2 said 1,100 recipients signed up to the gym on either four- or 12-month contracts.

la cartographie explose sur mobile

+ 40% en un an
la suite ici


Les sites de bons plans à l'assaut du mobile

The next phase of growth for local deals will be mobile.  Groupon knows this, and so does Yelp, which today is rolling out Yelp Deals to its iPhone and Android apps.  An update to its mobile apps that is getting pushed out today will add a new deals icon to the app.  When you click on it you can see a list of nearby Yelp Deals for discounts at restaurants, spas, and other businesses.  (These are in addition to Yelp Special Offers and Check-In Offers, which already appear on mobile).

La suite ici :


Merci à Etreintes Digitales d'avoir suivi le MOMO Géoloc hier soir

L'extrait qui nous concerne :

19h53. Jérôme Léger, co-fondateur de la société Admoove, vient présenter une solution display qui s'adapte à une partie des terminaux : "la société vise à équiper les éditeurs de services géolocalisés et application de mieux vendre leur inventaire. On a créé des outils qui permettent de valoriser l'inventaire géolocalisé. Les outils clés : les annonceurs ont besoin de pouvoir dire où est leur zone de chalandise ; 2e outil : la géoanalyse pour savoir aussi où est l'audience, où sont les mobinautes qui consultent des applis géolocalisées ; dernier outil : permettre aux annonceurs de publier simplement et rapidement des campagnes, créer des bannières et templates en 2-3 minutes. C'est d'autant plus important quand on s'adresse à des annonceurs locaux. On peut dynamiquement inscrire la distance au commerce. La pub géolocalisée a de l'avenir. Mais entre la zone de chalandise et la localisation du mobinaute, il y a tout une série d'outils marketing à intégrer. La géoloc est pertinente pour les industriels du mobile car elle permet de chercher de nouveaux annonceurs , pour l'éditeur c'est une meilleure rémunération et pour l'annonceur, c'est un taux de transformation très important.
La commercialisation est au CPM, CPC, voire coût par acquisition.
Aujourd'hui on a 10 millions de pages à vendre par mois." 

Tout le MoMo



D'ici 4 ans 70% de la publicité mobile sera locale !

U.S. mobile ad spend is expected to balloon to $4 billion in 2015, up from just $790 million last year, according to the latest projections by forecaster BIA/Kelsey. One of the key drivers of the growth will be targeted local ads, which will account for $2.8 billion, or 70 percent of total spend, compared to $404 million, or 51 percent, this year.

La suite ici : http://moconews.net/article/419-study-within-four-years-70-percent-of-all-mobile-ads-will-be-local/


Les consommateurs acceptent bien la publicité dans les applications de navigation

NAVTEQ, le leader mondial des cartes, des informations routières et des données de géolocalisation pour les solutions de navigation, les services de géolocalisation et de publicité mobile du monde entier, dévoile aujourd’hui 20 juin les résultats d’une étude menée pour évaluer le degré d’acceptation par les consommateurs des publicités sur les portables dans le contexte de la navigation.  

la suite : http://automobile.challenges.fr/actu-auto/20110620.LQA0879/etude-les-europeens-tolerent-la-pub-sur-leur-portable-lorsqu-elle-paie-leur-navigation-gps.html


Le marché du m-commerce a pesé 500 millions d'euros en 2010

Le marché français du m-commerce a pesé 500 millions d'euros en 2010, selon le cabinet Xerfi, qui estime qu'il grimpera à plus de 13 milliards d'ici 2015.

Le m-commerce devrait passer le cap des 13 milliards d'euros en France à l'horizon 2015. C'est ce qu'affirme une étude du cabinet Xerfi, qui estime à 500 millions d'euros la taille du marché en 2010. Selon l'institut, 4 millions de Français ont déjà effectué une transaction depuis leur téléphone, soit environ un quart des détenteurs de smartphones. Outre l'accroissement du nombre de transactions, la croissance du m-commerce devrait également être liée à celle de la présence des enseignes sur mobile. 40 % des chaînes de distribution proposent actuellement une offre de commerce sur mobile.

Selon une récente étude réalisée par CCM Benchmark Group, les voyages sont les premiers biens achetés depuis un téléphone mobile. Un tiers des mobi-acheteur disent avoir payé des billets de train, d'avion, ou des réservations d'hôtel et des locations sur leur portable. Viennent ensuite les achats de biens culturels (CD, DVD, livres, etc.). Plus d'un quart des acheteurs sur mobile ont également acheté des vêtements en ligne.

Source : Journal du Net le 15/06/2011